18/05 – Meurtre de Jérôme Laronze – Occupation de la DDCSPP 05

Aujourd’hui 18 mai à Gap (05), différents collectifs d’agriculteurs.trices des Alpes du Sud ont occupé pendant 3h la DDCSPP (Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de Protection des Populations), autrement dit les services vétérinaires et sanitaires de l’État dans le département,  pour l’anniversaire des 1 an de l’assassinat par les gendarmes de Jérôme Laronze, éleveur en Saône et Loire, suite à un harcèlement administratif (12 contrôles en 5 ans !) et des contrôles qui se sont mal passés.

Nous refusons la toute puissance de l’État et des administrations qui veulent régir notre façon de travailler sur nos fermes et imposent leurs normes, règlements et contrôles aux paysan.ne.s, dans le but de favoriser l’agriculture industrielle aux dépends des petites fermes qui disparaissent inexorablement sous les coups des « mises aux normes » ou des balles comme Jérôme.

Sans surprises, la discussion avec le directeur de la DDCSPP et certain.e.s agent.e.s n’a pas été constructive, tant ces derniers se retranchent derrières l’application (plus ou moins stricte, mais application quand même !) des lois et règlements, qui, selon eux, permettent d’éviter à des pandémies de proliférer à travers le territoire. C’est sur qu’un défaut ou un retard de bouclage d’un animal nouveau né (comme cela est arrivé à Jérôme, et qui a déclenché la fureur administrative sur sa ferme) fait évidemment risquer de graves pandémies dans les campagnes françaises !! Et dans le même temps, l’agro-industrie nous prépare tranquillement et impunément des lasagnes au cheval, de la vache folle, et bien d’autres ! L’agriculture paysanne n’est pas responsable des grandes pandémies liées à la mondialisation et à l’industrialisation de l’alimentation, ni de la dégradation drastique de l’environnement, des sols, de l’eau…ni de la malbouffe ! cherchez l’erreur…

Finalement, peu importe les palabres avec les bons petits soldats du système, très accrochés à leurs postes, nous étions venu.e.s rappeler que nous n’oublions pas l’assassinat de Jérôme, et que dorénavant, le sentiment de culpabilité doit changer de camp : notre travail de paysan.ne.s est respectable, et les contrôleurs de tous types participent à l’opération de destruction massive de la paysannerie.

Pour résister à ce mouvement néfaste, nous appelons tous les paysan.ne.s qui se reconnaissent dans cette approche à s’organiser pour ne jamais être seul.e.s sur leurs fermes pour des contrôles, pour regagner en confiance et in fine résister plus sereinement aux pressions normatives.

Pour Jérôme, ni oubli, ni pardon

Des collectifs d’agriculteurs.trices des Alpes du Sud contre les normes administratives et industrielles

Contact : hors.norme-alpes-du-sud@riseup.net

Voir les tracts diffusés ci-dessous

communiqué_18mai-1

TRACT_DDSCPP_Tarn

Article written by