7 février — un jeune exilé mort de froid en tentant d’échapper à la traque policière

7/2/2019 — Frontière franco-italienne (Col de Montgenèvre).

Dermon Taminou, 28 ans, originaire du Togo, est mort de froid en tentant, comme des dizaines de personnes chaque jour et chaque nuit, de relier les 18 kilomètres qui séparent Clavière de Briançon. Ces 18 kilomètres sont aisément franchissables pour qui a les bons papiers. Il en est tout autrement pour les éxilé.e.s : illes doivent emprunter des itinéraires dangereux pour échapper à une traque incessante exercée en toute impunité par la police qui multiplie arrestations violentes, humiliations, rackets et refoulements en Italie.

Après Blessing, Mamadou, Ibrahim, ce dispositif meurtrier et raciste enest à sa quatrième victime depuis que la France a fermé ses frontières avec l’Italie en 2015. Ce 7 février 2019, c’était un homicide d’État.

Parce que ce n’est ni la neige, ni le froid, ni la fatigue qui tue les personnes en montagne. Les coupables sont les flics, les États et leurs gouvernements, seuls responsables de l’existence même des frontières.

Abattons les frontières, organisons ensemble la riposte contre la police et ses violences le week-end des 23 et 24 février en menant des actions simultanées dans toutes les villes.

Quelques camarades concerné-es par les violence d’Etat à la frontière.