Fin de semaine offensive à Gap

Ca a commencé jeudi matin avec une manifestation devant le Pôle Emploi de Gap, pour dénoncer la réforme du chômage et la baisse des allocations pour pas loin d’un million de personnes (voir l’appel ici). En plus de la baisse de leurs allocations, c’est aussi une baisse de leurs cotisations retraite que les chômeurs subissent !

Justement, l’après midi nous étions autour de 3000 dans les rues pour défendre les retraites et contrer le projet de Macron de niveller les retraites vers le bas. Une foule qu’on avait pas vue dans les rues de Gap depuis longtemps ! Quelques messages ont été peints sur les murs de la ville, qui le temps d’une journée ont porté un peu autre chose que la propagande du monde spectaculaire-marchand. Les baqueux ont voulu interpeller les décorateurs, qui ont bénéficié de la solidarité des manifestants pour remettre à leur place la police / milice du Capital, et ont pu s’esquiver en douce.

Le cortège s’est terminé devant la prefecture, où nous avons établi une occupation.

Nous avons tapissé la préfecture de paille et carton, dormi sur la paille (autant s’entraîner à ce que nous propose le Mac Rond), fait un Macron en carton (ce qui réchauffe quand il brûle). Tenir le feu est essentiel dans la froideur, il rassemble autour de soi.

La prefecture a été squattée par de la populace à la rue, barrée d’un immense slogan : Quand tout sera privé on sera privé de tout, le projet des boulimiques de la thunes qui nous mènent au chaos…

Le matin nous avons construit une cabane devant la pref’…

avant d’être délogés l’après-midi par les CRS.

Quelques messages ont aussi égayé la façade terne de la prefecture…

NE BAISSONS PAS LA GARDE !

RENDEZ VOUS LE 10 DECEMBRE A 14h POUR UNE NOUVELLE MANIF !