Pourquoi le grand patronat est-il obsédé par nos pensions ?

Il faut que tout se maximise, se dépasse, se développe, s’innove, s’achète et se rachète, se valorise, se crée et se capitalise, se disrupte… pour que rien ne change.

Mais… Pourquoi le grand patronat est-il obsédé par nos pensions de retraites ? Il a besoin de cet argent car il investit dans des projets utiles pour la société : le marketing, l’assurance sur les risques spéculatifs, la publicité. Faire vivre la communication des entreprises, très coûteuse mais utile : pour rappeler aux salariés qu’ils sont des « collaborateurs » et aux sous-traitants qu’ils sont des « partenaires ». Distribuer des primes et de l’avancement aux contremaîtres (pardon… aux « moniteurs »), pour que ça tienne. Permettre aux entreprises cotées en bourse de racheter leurs propres actions pour en faire augmenter la valeur, question de prestige !

Faire vivre la spéculation haute fréquence sur les produits agricoles. Les beaux projets comme Europacity. Financer des films très comiques sur les Roms et les immigrés. Les partenariats public-privé, dans les hôpitaux et les transports, qui socialisent les dettes et privatisent les profits. Créer des emplois d’ingénieurs qu’on spécialisera plus tard dans l’obsolescence programmée des marchandises. Réduire les services publics de proximité à du télé-conseil privé.

Lire la suite sur La Rotative