Petites histoires de relations avec l’Administration Pénitentiaire

Juillet 2019 : 2 dates

1/ Fabrice Boromée, enfermé depuis 9 ans pour une peine de 8 ans à la base, passe en procès à Tarascon pour, il y a 4 ans, quand il était à l’isolement à la MC d’Arles, avoir tenté de prendre un surveillant en otage afin de réclamer son transfert vers son pays : la Guadeloupe. Un appel est diffusé, notamment sur vallées en lutte.

2/ Un petit groupe de potes crée un collectif anti répression sur le 04 et le 05. Une réunion de réflexion a lieu en juin et « vallées en lutte » a relayé l’invitation.

Aout 2019 : Le procès de Fabrice a eu lieu, aussi ignoble qu’on s’y attendait avec les réclamations de Christian Dumont, le surveillant qui a déposé plainte. Un compte rendu est diffusé sur plusieurs sites militants, dont « vallées en lutte », sous le titre « Et 4 de plus …qui font 2042 ! »

Janvier 2020 : Le petit collectif né il y a 6 mois a pris de la vigueur, notamment grâce aux correspondances suivies avec des prisonniers de la MA de Gap et la mise en place de permanences « café-taule » où le partage de kawa et de nouvelles vont bon train entre familles se rendant aux parloirs et militants tous les mercredis matin (jour de marché à Gap). Le directeur de la MA ne goûte guère cet échange et retient les courriers qui concernent la toute nouvelle « brochure à l’intention des proches » et la retient sans en informer les expéditeurs. Le correspondant le plus régulier est transféré sur le CD de Tarascon.

Février 2020 : Le site « vallées en lutte » reçoit un mail d’une certaine Hélène Forest, se présentant comme directrice pénitentiaire mais sans préciser de quelle prison ou de quelle direction interrégionale, qui demande l’anonymat de son subalterne avant même que l’avocat de ce maton n’ait repéré cet article vieux de plus de 6 mois. Respectant le droit de réponse, le site diffuse cet article relatant cette demande et se dit prêt à publier l’intégralité du mail cité.

L’équipe du « Café-taule » réaffirme sa volonté de faire savoir par tous les moyens ce qui se passe derrière les murs … pour un jour les voir tomber !