Le troisième numéro de yoyo est sorti en ligne et dans la rue !

Yoyo numero 2, journal de lutte contre les barreaux.

Yoyo, c’est un petit journal contre toutes les prisons qui paraît régulièrement de manière irrégulière. Ce numéro 2 est en réalité un troisième numéro, où on aura l’occasion de mettre un bon coup de dissolvant sur le vernis humaniste de la justice.

Celle-ci redore son blason par la construction d’un nouveau tribunal à Paris, écrasant mais néanmoins inflammable. Dans la même veine on évoquera les lieux d’hébergement, qui sous couvert d’accueil et de solidarité, sont là pour fliquer toujours plus les personnes demandeuses d’asile.

Un bon coup de décapant sera également passé sur la façade anti-carcérale de certains discours parfois dégueulasses,
du style « pas de ça chez nous », lorsqu’il s’agit d’une nouvelle prison.
À l’inverse, on adhère à certaines formes de résistance et de révolte contre les prisons et toutes leurs composantes. Par exemple quand à l’intérieur, des prisonnièr.es se révoltent et agissent collectivement contre leur geôliers ou les murs qui les entourent. Ce fût le cas des personnes jugées à Poitiers en septembre dernier ainsi que de celles qui se sont mutinées récemment à la prison de Liancourt pour s’opposer à une fouille massive. Et puis d’autres continuent d’essayer de briser la glace par des parloirs sauvages !

A bientôt et bonne lecture !

pour télécharger le journal : yoyowebg

 

Sortie du n°2 de la gazette libre du Buëch !

La revoilà ! Toute belle, toute fraîche – mais toujours aussi corrosive – la nouvelle gazette libre du Buëch sort dans les (meilleurs) kiosques en plein milieu d’été, bien décidée à s’implanter durablement dans la vallée du Buëch, fougueux torrent, qui à l’image des Ânes débattés ou des Jards indignés (titre de ce nouveau numéro), se laisse très difficilement dompter par les tentatives de canalisation et de normalisation des tenants de l’industrialisation des vies et des territoires.

Venez donc la découvrir en chair et en papier sur quelques infokiosques et dépôts amis dans la vallée du Buëch…ou en version numérique ici même !

En attendant la prochaine…bonne lecture !

Gazette libre du Buëch n°2.pdf

Parution de Nunatak N°3 (été/automne)

Le numéro peut être téléchargé en cliquant sur l’illustration.

Il sera aussi prochainement disponible en version papier dans plusieurs endroits (consulter la liste des lieux de diffusion ).

N’hésitez pas à nous contacter à revuenunatak(at)riseup.net si vous souhaitez en recevoir quelques exemplaires, nous aider dans la diffusion, nous envoyer vos propositions de textes, commentaires ou critiques

SOMMAIRE : Briser les frontières/Betail, sel et fusils/Arbéost/Richesse des contradictions/Agriculteurs et agricultrices contre les normes/Passeurs/Le barrage et les hommes

Avis de Tempête n°5

Avis de tempêtes – bulletin anarchiste pour la guerre sociale n°5 vient de sortir.

Pour lire, imprimer et diffuser ce petit bulletin autour de soi (il est en format A5, et celui-ci fait 16 pages), on pourra retrouver chaque nouveau numéro tous les 15 du mois, ainsi que les précédents, sur le blog :

https://avisdetempetes.noblogs.org

« Prendre la rue en ordre dispersé, sous forme de groupes variés et mobiles où l’identité n’est plus de mise, plutôt qu’en blocs compacts intégrés au dispositif syndical et policier, voilà peut-être une piste que même le Premier mai historique peut encore nous transmettre. Une piste que les boutiques syndicales connaissent sur le bout des drapeaux, parce que la représentation et le défilé ordonné en cortèges ne se sont pas fait tous seuls et ont été justement été pensés comme une forme de maintien de l’ordre : c’est après l’émeute parisienne du 1er mai 1906 et surtout juste après celle spontanée du 13 octobre 1909 consécutive à l’assassinat de l’anarchiste espagnol Francisco Ferrer, que la Fédération de la Seine de la CGT eut la bonne idée d’en organiser une seconde le 17 octobre, en négociant pour la première fois un parcours autorisé et encadré conjointement par les autorités et un service d’ordre « capable d’organiser et de discipliner une manifestation », selon L’Humanité de l’époque. Les autoritaires et les gestionnaires de la paix sociale que sont les partis politiques et les syndicats n’avaient en effet pas trouvé mieux que d’introduire ce nouveau mode pacificateur de la manifestation co-organisée avec l’État d’une place à une autre, pour tenter de mettre fin aux formes émeutières sauvages, qui étaient jusqu’alors le mode principal d’exprimer colère et revendication en prenant la rue sans parcours défini ni objectif centralisé.  »

 

Guide pratique d’autodéfense à destination des personnes menacées d’expulsions de leurs lieux de vie

Après plusieurs mois de rencontres, d’échanges, de recherches et d’ateliers entre des personnes directement concernées par les mesures de délogement, le Collectif Anti-expulsions Lille présente sa brochure d’autodéfense et d’actions collective face aux expulsions, quelle que soit sa manière d’habiter : occupations de terrains, locations, squats, résidences étudiantes…

L’objectif est de partager des savoirs et des pratiques permettant de défendre notre droit à vivre comme nous l’entendons, face aux projets des promoteurs immobiliers et autres délogeurs de familles précaires. Elles vont de la compréhension et de l’utilisation du droit à des idées sur la manière de mettre en place un rapport de force favorable en cas d’expulsion pour les personnes concernées.

N’hésitez pas à nous contacter pour toute remarque ou envie à l’adresse suivante : collectifantiexpulsionslille@riseup.net

Pour continuer à se rencontrer, agir et résister, pour la réappropriation de nos quartiers.

En attendant, la brochure est ici :

cliquer sur l’image!

Lire la suite sur Indymedia Lille

Main dans la main… l’Etat et les néofascistes ; Résistons ensemble, mai-juin 2018, n° 173

Bulletin numéro 173, mai/juin 2018, du réseau Résistons Ensemble. Formé en 2002, Résistons Ensemble a pour but d’informer, de briser l’isolement des victimes des violences policières et sécuritaires et de contribuer à leur auto organisation.

Cliquer sur l’image pour accéder au fichier

Bulletin A4 recto-verso en PDF « RESISTONS ENSEMBLE » du réseau contre les violences policières et sécuritaires. Il est destiné à être photocopié et à être diffusé localement, si le journal vous plaît. Vous êtes invitEes à participer à son élaboration, à sa rédaction, à se joindre à l’équipe de rédaction. Nous attendons vos contributions, propositions, critiques …

Le bulletin no 173, mai/juin 2018 du petit journal mobile recto-verso A4 du réseau Résistons ensemble contre les violences policières et sécuritaires est sorti. Pour lire l’intégralité et télécharger ce bulletin mis en page au format pdf

Main dans la main… l’État et les néofascistes
Le col de l’Echelle (Hautes-Alpes), à 1762 mètres d’altitude, est actuellement couvert de neige, il sépare la France de l’Italie. Les routes sont coupées. Un groupe grimpe, raquettes aux pieds, soutenu par 2 hélicoptères (!), avion et drones… Pour sauver des alpinistes en danger ? Vous n’y êtes pas du tout. Il s’agit d’une centaine de néofascistes de« Génération identitaire », des français, des hongrois, des italiens… qui sont partis à la chasse aux migrants (comme déjà en août dernier avec le navire CSTAR en chasse sur la mer méditerranée voir RE 165).
Avec leur banderole déployée « Defend Europe » et des grillages en plastique, leur but est de repousser des migrants à bout de forces, gelés, vers l’Italie. Cette expédition spectaculaire était surveillée par les gendarmes, mais ils ont laissé faire. Mis à part un communiqué bidon, la justice classe l’affaire et les néofascistes jubilent.
Alors que des militants qui ont secouru des migrants sur un col voisin en réaction à la marche de la Génération identitaire, eux sont poursuivis et risquent 5 ans de prison comme les « trois de Briançon » qui passent au tribunal de Gap le 31 mai.
Deux poids, deux mesures ? Non c’est plus que ça. La nouvelle loi « asile et immigration » maintient le « délit de solidarité »pour toute aide portée aux migrants voulant franchir une frontière . Les néofascistes n’ont fait que mettre en pratique l’esprit de cette loi en rejetant dans la neige, éventuellement vers la mort des migrants exténués. Ils partagent le sale boulot avec les forces de répression « légales » dont les harcèlements peuvent mener a la mort, comme celle de Blessing, 20 ans, morte noyée à la frontière côté français. C’est pourquoi l’État ne les poursuit pas et laisse sévir les milices fascistes en tant que « garde-frontières ».
Le silence du mouvement social autour de ce nouveau développement est assourdissant. Dénoncer cette complicité de fait du gouvernement avec les néofascistes, la répression contre les migrants, et exiger la liberté pour tous militants solidaires est urgent et vital. Rappelons-nous la bête immonde, une fois lâchée, nous bouffera tous.

Au sommaire

  • Main dans la main… l’État et les néofascistes
  • Déborder mais vers où ?
  • chronique de l’arbitraire
    Les différentes formes de la répression
    « Rien n’a changé à Seysses »
    « La vérité et rien que la vérité pour Monsieur Deh ! »
    Procès BDS à Versailles
    « Que se passe-t-il au commissariat d’Argenteuil ? »
    Procès du « 8 juillet »
    Stop à la gestion coloniale de nos quartiers !
  • agir
    11 après… pour Lamine Dieng
    Manifestation contre le projet de Loi Asile-Immigration

Pourquoi aimes-tu le rose?

Pour lire la brochure cliquez sur l’image

 

 

Brochure faite pour les filles, mais très intéressante pour les garçons

« Peut-être que tu n’aimes pas le rose. Mais si tu es une fille, il y a beaucoup plus de chances que tu aimes cette couleur que si tu étais un garçon. Tiens, pourquoi ? Est-ce que le fait de posséder un vagin influence nos préférences pour certaines couleurs ? Quel est le lien entre notre sexe et nos préférences ou notre personnalité ? Pourquoi les femmes/filles et les hommes/garçons sont-ils différents ? »