Parution de Nunatak n°5 (Hiver-printemps 2019/20)

Si vous souhaitez recevoir des exemplaires, vous pouvez  contacter l’équipe de rédaction en précisant le nombre désiré ainsi que l’adresse de réception. N’hésitez pas à les contacter si vous voulez  aider dans la diffusion, participer à la revue,  envoyer vos propositions de textes, d’illustrations, commentaires ou critiques.

 

SOMMAIRE :
Promenons-nous dans les bois/Nicole écoute aux Portes/La fin du monde, l’eau et le feu/Transhumances/Imbroglio sur le Markstein/Voyage, voyage !

 

Édito

La randonnée que nous allons entamer nous mènera sur des chemins escarpés où l’équilibre risque d’être difficile à tenir. Tel un funambule des montagnes, nous essayerons de ne pas chuter car il nous faudra mettre en évidence des contradictions sans tomber dans la critique facile qui vise à moraliser ou à faire culpabiliser.

Nous observons autour de nous un intérêt grandissant pour tout un ensemble de choix de vie qu’on pourrait qualifier d’alternatifs. Autonomie alimentaire ou énergétique, écoconstruction, écoles alternatives, médecines douces, régimes alimentaires divers et variés, économie sociale et solidaire, etc.

On pourrait a priori se dire « Eh bien quoi ? Chacun fait fait fait c’qui lui plaît plaît plaît, non ? » Certes. Il ne s’agit d’ailleurs pas ici de juger ce que chacun·e met dans son assiette ou comment on occupe son temps libre.
Plus questionnant par contre est le fait que ces choix de vie individuels sont très souvent présentés comme des choix militants et forts, une solution politique aux problèmes sociaux et environnementaux. Dans ce foisonnement d’alternatives, certains y verront un moyen de détruire le capitalisme, mettant ainsi en pratique la théorie dite « de la tâche d’huile » : montrer l’exemple, la voie à suivre, en incitant les autres à « s’y mettre aussi » et alors, peu à peu, le nouveau monde remplacera l’ancien. Ce mouvement ne se trouve-t-il pas amplifié par les angoisses liées à « l’effondrement programmé du capitalisme et de la planète » ?

Ces choix sont-ils réellement à la portée de tout un chacun ? Ces alternatives souvent mises en avant par des individus et groupes plutôt bien dotés culturellement et financièrement, ne délimiteraient-elles pas une nouvelle frontière symbolique des rapports de classe ? On voit d’ailleurs facilement venir les rengaines culpabilisantes envers celles et ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas appliquer ces recommandations d’usage1.
Se livrer à une démarche individuelle soit-disant vertueuse ne se ferait-il pas au détriment de perspectives collectives d’émancipation, avec ce qu’elles peuvent comporter de confrontations avec l’ordre établi ?
Et puis, ne serait-ce pas illusoire de croire à un changement fondamental des structures de cette société en s’en remettant à « si tout le monde faisait comme-ci… » ?

Nous voilà bien chargés pour continuer l’ascension. Nous tanguons. Avant de chuter vers une pente un peu trop raide, reprenons notre souffle et jetons un œil de l’autre côté de notre ligne de crête.

Lire la suite…

Parution de Nunatak n°4 (Hiver-Printemps/2019)

Des stocks sont disponibles dans les Hautes-Alpes, si vous en désirez, écrivez nous revuenunatak@riseup.net

Si vous souhaitez recevoir des exemplaires, vous pouvez nous contacter en précisant le nombre désiré ainsi que l’adresse de réception. Dorénavant, pour celles et ceux qui ne l’ont pas encore fait, il est possible de s’inscrire dans notre carnet d’adresses et de recevoir les prochains numéros dès leur parution. Il suffit de nous le préciser par retour de mail. N’hésitez pas à nous contacter si vous voulez nous aider dans la diffusion, participer à la revue,  nous envoyer vos propositions de textes, d’illustrations, commentaires ou critiques.

Ps: nous souhaitons faire une tournée de présentation de la revue dans le Massif Central (Limousin, Haute-Loire, Nord-Ardeche, Auvergne…) au début du printemps, si vous souhaitez proposer des dates et/ou des lieux pour les présentations, n’hésitez pas à nous contacter!

SOMMAIRE :
Belle époque et xénophobie/Brigante se more/Chasse, pêche, nature et réintroduction/Pour une poignée de riz/Choucas des tours/Le bruit du fleuve Congo n’ empêche pas les poissons de dormir/Un compteur intelligent n’est pas le contraire d’ un compteur idiot

Dictionnaire des idées soumises

 


Vous trouverez en cliquant sur l’image ci-dessous la brochure de la collection avec les dernières parutions.

Si vous souhaitez recevoir un exemplaire gratuit afin d’en faire la promotion, merci de m’en faire la demande par mail.

Commandes : gros.textes@laposte.net
Frais de port : 2 € quel que soit le nombre d’exemplaires commandé

Voir un extrait du livre : https://www.calameo.com/accounts/5813287

Les éditions Gros Textes : le site Internet Gros Textes
La collection Les Tilleuls du Square : le site Internet Les Tilleuls du Square

Editions Gros Textes
Fontfourane
05380 Châteauroux-les-Alpes

              Le langage médiatique, telles des œillères, réduit-il notre pensée ? Après avoir consigné pendant de nombreuses années les mots et expressions récurrents entendus dans les médias, Guy Tiberghien nous offre ici une analyse précise de l’origine et du rôle de ces mots qui façonnent notre pensée à notre insu, révélant la direction unique qu’ils nous amènent à suivre. Comment, au travers des mots, le capitalisme formate nos actes et nos pensées et lessive notre conscience politique.

En se référant à de nombreuses figures intellectuelles tels que Noam Chomsky, Etienne de La Boétie, Hannah Arendt, Serge Halimi, ou encore Claude Hagège… cet ouvrage ouvre une multitude de portes vers la compréhension du processus de manipulation mis en œuvre dans le choix des mots fait par les pouvoirs médiatiques et politiques.

Le ton caustique et l’ironie employés dans les définitions permettent une lecture légère et agréable. L’écriture simple de cet ouvrage le rend abordable à tous, nul besoin d’être un universitaire pour comprendre le propos.

PENSÉE — A la pensée, préférer toujours la bien-pensance. Dire, avec gravité, comme Pierre Moscovici que « le vieux fonds de pensée marxiste doit être toiletté ». Cela fait moderne et propre. Bien qu’il y ait de nombreuses raisons de penser, il y a encore plus de pensées sans raison. Pour disqualifier la pensée de votre contradicteur, dire avec dégoût : « Mais c’est de l’idéologie ». Très efficace. Noter que la pensée permise n’est pas une pensée mais un lieu commun, et elle devient vite une pensée unique. Soyez plus technologique et affirmez même : il nous faut un logiciel de pensée. Voir BIEN-PENSANCE, CORRECT (POLITIQUEMENT —)

Guy Tiberghien, professeur de psychologie cognitive, a enseigné à l’Université de Grenoble et à l’Institut des sciences cognitives de Lyon. Il est membre de l’Institut universitaire de France, et l’auteur de nombreux articles et de plusieurs ouvrages dans le domaine des sciences cognitives et, en particulier, sur la mémoire humaine et la reconnaissance des visages. Il a notamment publié : Initiation à la Psychophysique, (PUF, 1984) ; La Mémoire Oubliée, (Mardaga, 1997) ; Dictionnaire des Sciences Cognitives, (Armand Colin, 2002).

Illustration de couverture : Anne Fleutot

ISBN : 978-2-35082-398-0

Format : 14 x21 cm

120 pages

Prix : 10 €

Le chant des grenouilles : 150 années de luttes dans le chant de tradition orale en Italie

 Le chant des grenouilles

  1. Le 4/05 à GAP au bar du Gorille (19h: 38 rue Jean Eymard)
  2. Le 5/05 à la Roche d’Arnauds (19h: 150 Chemin des hautes Corréo)
  3. Dimanche à 19h au Lieu (bld Pasteur à Embrun, en face de la Poste)

Conférence Chantée

150 années de luttes dans le chant de tradition orale en Italie

Épisode 1: de l’Unité d’Italie (1861) au régicide de Umberto I(1900)

Un spectacle écrit par Lorenzo Valera

Avec

Séline Gülgönen (chant, clarinettes)

Laila Sage (chant, conte)

Lorenzo Valera (chant, conte, guitare, accordéon)

L’Etat italien vient de célébrer son 150e anniversaire… Sa rhétorique patriotique a envahi le débat public et imposé sa version de l’histoire : un beau conte, dont le héros est un peuple abstrait autant qu’idéalisé, et dont les exploits sont bien éloignés de la réalité quotidienne des classes populaires et de leurs nombreuses tentatives d’émancipation.

Dans un spectacle mêlant récits, chants et musique, nous vous ferons découvrir une autre histoire, et entendre d’autres voix : celles des brigands méridionaux et de leur guerre enragée contre le nouvel Etat ; celles des paysans et des ouvriers agricoles, des travailleurs des carrières de marbre de Toscane, des mineurs de soufre de Sicile ; les voix fières et impertinentes que l’on pouvait entendre dans les rizières ; celles des émigrés qui, après des décennies de défaites, allaient poursuivre leur rêve de justice dans d’autres terres.

Quarante années de révoltes, de rebellions, d’illusions destinées à briser la fureur répressive d’un Etat qui punit impudemment les justes et récompense les assassins… Un coassement de grenouilles lointain mais persistant, refusant de se taire devant les fanfares sonores du pouvoir.

teaser du spectacle

Le chant des grenouilles

Carnaval à Gap le 21 avril !

CARNAVAL À GAP,

LE 21 AVRIL 2018 À 14H

DEPUIS LE PARC DE LA PÉPINIÈRE

Un carnaval à Gap contre la frontière, contre son idée-même, parce
qu’elle ne s’arrête pas au poste, au franchissement du col. La
frontière s’étend jusque dans le quotidien, dans l’intime.Un carnaval
issu de la nécessité de se rassembler pour raconter, pour rendre
visible les histoires présentes d’exil, de passage, de solidarité et
de lutte.
Continue reading

La section « Jackson Pollock » file la recette des œufs de peinture

A l’occasion de l’opération #DeLaPeinturePourLinvestiture le comité ÉPICURE (Équipe des peintres de l’Internationale des coloristes urbains révolutionnaires) et la section rennaise « Jackson Pollock » filent la recette des œufs de peinture .

Pour ce faire, rien de plus simple :
Que chaque bande de pote organise une soirée crêpe, omelette ou mousse au chocolat le 13 mai, veille de l’investiture du nouveau président de la république. Ce sera l’occasion parfaite pour préparer autant d’œufs de peinture qu’il y a eu d’œufs utilisés pour ce repas. Et pour les vegan, la technique est la même avec des ampoules. Le jour de ladite investiture, avec la même bande de potes, choisissez la devanture d’un ami du nouveau président et félicitez-le en jetant allègrement tous vos œufs colorés dessus.

Recette reprise de Expansive !