Communiqué des prisonniers du centre de rétention de Oissel

Dans tous les lieux d’enfermement la violence est quotidienne. La prison pour étrangèr.e.s de Oissel près de Rouen, est un de ces laboratoires d’expérimentation de la répression.

On y laisse une équipe de keufs — celle de jour — y faire n’importe quoi pour faire régner l’ordre. Cette équipe rappelle à tou.te.s les enfermé.e.s l’autre objectif de ces prisons : si on te déporte pas, quand tu es dehors ferme ta gueule et baisse les yeux !

Là-bas ça fait longtemps qu’on utilise l’isolement pour briser le moral et faire peur. Récemment un copain y est resté 6 jours, provoquant un mouvement de solidarité — une grève de la faim — de la part d’autres enfermés du CRA.

Des copains passés par là il y a quelques années nous ont déjà racontés les mêmes histoires : une cellule d’isolement où on peut t’attacher les mains et les jambes, habillé.e ou pas, et te mettre un casque sur la tête… tout ça pendant des heures !

Des prisonniers du centre de rétention de Oissel ont décidé d’écrire un texte collectif, dénonçant leurs conditions d’enfermement et expliquant leurs revendications !

Nous le relayons ici :

Nous, retenus du centre administratif de Oissel.

Nous sommes enfermés dans un centre qui n’est pas en état d’accueillir dignement des gens.

Ici les policiers nous cassent le moral, ici les 45 jours nous paraissent être 45 ans.

C’est encore pire que la prison, la nourriture est encore plus immonde. Même les yaourts sont mauvais ici.

Le centre devrait être fermé, tellement il est en mauvais état. On en a marre de cet endroit où les actes racistes sont quotidiens.

Quand on résiste, comme certains, les conséquences peuvent être 6 jours d’isolement, qui sont une véritable torture physique et morale.

Même quand tu sors, tu sais que tu risques de revenir ici. On espère obtenir des améliorations concrètes.

Ici c’est pas humain, on pousse les gens à bout. On te montre que tu n’as plus de vie devant toi.

Nous revendiquons :

  • La fermeture de ce centre de rétention qui n’est plus en état d’accueillir des humains dignement.
  • Le changement de l’équipe de policiers de jour, présente depuis trop longtemps et qui se comporte comme une mafia.
  • La fin des violences policières au centre de rétention et pendant les déportations.
  • La fin des condamnations inutiles à de la prison, comme quand on est condamné pour avoir refusé d’aller voir le consul.
  • Un véritable accès aux soins.
  • Respect de l’intimité des parloirs, et des parloirs qui durent plus longtemps pour respecter le besoin de voir ses proches.
  • Un accès permanent à la cour.
  • La fin de l’isolement, qui est un moyen de pression à l’intérieur. C’est un endroit où on nous torture moralement et physiquement.
  • La fin des actes racistes de l’administration ou de la police.

Des retenus du centre d’Oissel, le 27/12/2018

Plus d’info sur :

https://abaslescra.noblogs.org/post/2018/12/28/communique-des-prisonniers-du-centre-de-oissel/

 

3+4 de Briançon – Retour sonore sur le procès du 8 novembre

Le 8 novembre 2018, à Gap, 7 personnes sont convoqué.e.s pour « aide au passage de la frontière à des sans-papiers, en bande organisée « .

La situation à la frontière franco-italienne dans le Briançonnais est de plus en plus tendue. Les « solidaires » sont traqué.e.s, les exilé.e.s dépouillé.e.s, les situations de plus en plus invisibilisées.

Ce procès est le reflet d’une réalité qui s’ancre sans mesure dans le refus d’accueillir, la répression commanditée, l’état aux manettes.

Près de 1200 soutiens étaient présent.e.s devant le tribunal.

Voici quelques sons qui relatent l’ambiance de la journée.

https://audioblog.arteradio.com/blog/98675/podcast/130568

COPYLEFT – Faites tourner !

Rocky Horror Picture Show en soutien au CHUM

Ça y est, l’automne est là, l’hiver affûte ses armes, la déprime s’insinue en nous … mais ne désespérez pas ! Le comité de la Fête remet le couvert pour une seconde saison de folie à
la Batie Montsaléon ! Avec pour les petits et les grands une double projection le Samedi 13 octobre, place du petit marché !

Laissez tomber le Futuroscope et vos ridicules lunettes de réalité virtuelle, et prenez place pour une pure expérience immersive ! Tous vos sens seront de la fête pour cette soirée inoubliable !
A très bientôt…

Génération identitaire continu ses intimidations…

Ce mardi 1er mai, fin d’après-midi, un copain rentre de Briançon avec des
exilés dans sa voiture. Il est pris en filature par les Génération
Identitaire depuis Briançon jusqu’à chez lui. Les nazillons le filment et
le menacent.

Ce lundi 30 avril, la préfète après 10 jours de collaboration fortuite
avec les GI annonce la fin du partenariat par voie de presse. Ces derniers
démentent par voie de presse. Ils affirment être toujours présents sur le
territoire. Comme expliqué ci-dessus, c’est bien le cas. Depuis Nice,
Marine Le Pen rend hommage à l’action des GI dans les Hautes-Alpes. Ce
même 1er mai, une action du groupe fasciste italien Forza Nuova avec
banderoles prend place au col de Montgenèvre.

Situation nauséabonde dans le briançonnais. Après avoir subi une
répression étatique féroce (incarcérations, tabassage), les militants
solidaires se retrouvent traqués jusque chez eux.
Tout ceci n’a pu se mettre en place qu’avec le soutien de l’Etat aux
groupuscules fascisants (encore une fois fortuit), et de ce fait avec
l’usage de la matraque et de la cage contre celles et ceux qui les
combattent.

Soyons vigilantEs! Les Hautes-Alpes sont anti-fascistes et le resteront.
Toutes et tous jeudi 3 mai au tribunal de Gap à 13h pour exiger la
libération de nos compagnons emprisonnés.